LA TRUITE AU RAY-BAN ou la naissance d’un mythe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA TRUITE AU RAY-BAN ou la naissance d’un mythe

Message par Claude Vagnetti le Mar 05 Aoû 2014, 15:05

Nous attendions le retour de l’Hermangarde qui, avec son équipage, devait revenir de la surveillance d’une régate de voilier léger au large de Versoix. Un vent soutenu avait soufflé une bonne partie de la nuit précédente et tout le jour sur l’ensemble du secteur et je dois dire que cela brassait pas mal.

Par prévoyance, nous avions pris contact avec deux autres sections de sauvetage situé dans le périmètre du Petit-Lac, soit les sections de la Belotte et de Bellevue. Celles-ci nous avaient mis à disposition deux unités de sauvetage en supplément de notre dispositif engagé. Il est vrai que nous apprécions toujours l’arrivée de renforts supplémentaires. C’est toujours bien de se sentir moins seul lorsque les éléments naturels sont forts et que nous avons une nuée de voiliers à surveiller.

L’équipage d’Hermance avait annoncé leur arrivée au local depuis quelques temps déjà, la régate avait pris fin depuis une bonne heure. Mais nous ne les voyons toujours pas arriver.

Cette situation n’était pas normale, il arrivait parfois que les sauveteurs s’arrêtent sur la demande des organisateurs pour boire un verre ou assister à un rapide débriefing. Mais là, c’est bien plus tard que l’équipage arrivait au local, ils étaient tous penaud.

Ils avaient perdu au fond de l’eau tumultueuse le feu bleu qui s’était détaché tout seul de sa fixation. A quatre cents francs (à l’époque) le feu bleu, il y avait de quoi de ne pas faire les fiers.

Il n’y avait plus qu’à remplir les divers rapports d’intervention et de pertes de matériel pour bénéficier du remboursement de l’assurance. Cela voulait aussi dire environ trois semaines sans feu bleu, ce que nous n’aimions pas parce qu’il était difficile de se faire obéir des usagers du lac sans ce petit accessoire néanmoins important. Bref c’était un peu chiant pour nous.

Quelques jours plus tard, à une fête de rame, un des gars du sauvetage de Bellevue était entouré de quelques sauveteurs des sections du petit-lac, ils étaient tous hilares. Je m’approchais pour entendre ce qu’il se disait et surtout pour partager cette franche et générale rigolade.

En me voyant arriver, celui qui tenait le crachoir m’apostropha ainsi : « Tu ne sais pas ce que j’ai vu ? », « non ! » lui répondis-je.

Il s’esclaffa en relevant ses Ray-ban sur sa tête: « Et bien je venais à la course en bateau et j’ai vu une chose incroyable sur le lac ce matin : « une truite qui tenait entre ses nageoires un feu bleu, je pense que c’était le vôtre ». Puis un énorme éclat de rire de mes camarades tout autour de moi. Le sourire un peu coincé, j’encaissais le coup sans broncher, c’était de bonne guerre et je dois dire que cela m’a bien fait rigoler intérieurement.

Quelque temps plus tard, durant la même journée, je vis le même « petit drôle » qui devait certainement bouffer un clown tous les matins, accoudé sur le franc bord de sa vedette d’intervention pester sur sa malchance.

Il avait perdu ses Ray-ban dans l’eau. Et comme, comble de malchance, il était accompagné du même groupe de personne à quelques-uns prêts, je lançais à la ronde une vanne bien rodée « Ho les gars, vous savez ce que je viens de voir ? » Toute la bande se retourna en ma direction. « Non quoi ?!? » me lancèrent-ils en cœur. « Ben… j’ai vu une truite qui partait au large avec un feu bleu et des Ray-Ban sur la tête ».

Pendant une fraction de seconde, les gens étaient ahuris et ne disaient rien, puis un autre éclat de rire fendit l’air. Les gars de la Belotte riaient encore plus dans le souci d’énerver encore plus le malheureux qui avait perdu ses lunettes.

Mais la section de la Belotte ne perdit rien pour attendre, en fin d’après-midi, ils perdirent un moteur tout neuf dans le lac. Nous l’avions appris par la radio. Ces « pives » avaient oubliés d’accrocher le moteur à l’aide d’un filin métallique. Il s’est décroché et a coulé à pic.

Nous les avons entendus pendant un moment, pestant à la radio. Mais rechercher un moteur à 80 mètres de fonds autant dire que la mission était impossible. Il n’y a pas à dire, quand les choses se coalisent entre elles, il devient difficile de ne pas les subir

Tout cela pour dire que quelques jours plus tard, nous nous sommes à nouveau rencontrés à Hermance pour une fête de rame - la fête du Petit-Lac - et que la truite était maintenant juchée sur un moteur flambant neuf, les Ray-ban sur la tête et un feu bleu coincé dans sa nageoire. On avait encore bien rit ce jour-là.
avatar
Claude Vagnetti
Administrateur du forum

Messages : 245
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 51

http://sauvetagehermance.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA TRUITE AU RAY-BAN ou la naissance d’un mythe

Message par Virginie Rossat le Ven 08 Aoû 2014, 11:48

Pis y'a pas eu de poulpe géant qui a remonté le moteur !?!     
avatar
Virginie Rossat
Petite brise

Messages : 36
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum