Coups de Klaxon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Coups de Klaxon

Message par Claude Vagnetti le Mar 05 Aoû 2014, 15:04

Comme nous sommes aussi là pour nous marrer, chers lecteur (trice)s, je ne peux pas passer sous silence, un bon coup, qui m’a bien fait rire et qui, je dois dire, me fais rire encore aux larmes quand j’y repense.

Nous sommes à la veille de la fête inter-société du sauvetage. Cette fête, typique à Hermance est traditionnelle. En effet, chaque denier week-end de juillet, en même temps que le Paléo Festival de Nyon, pour ceux qui n’aime pas la foule et les bains de boue, nous proposons un concours de canot à rames aux non-initiés des sociétés du village.

Cette manifestation est costumée de préférence et les équipes qui se griment sont départagées en fin de concours, puis récompensées selon leur mérite.
C’est vraiment drôle de les voir sur le canot entrain de ramer costumé. Mais j’y reviendrais dans un prochain chapitre.

Nous étions donc tous occupés à monter et à organiser notre fête sur le quai d’Hermance. Après avoir enlevé tous les bateaux du quai, pour les déplacer sur une zone herbeuse aux pieds de l’ancienne muraille du village, nous étions au moment de placer les tables et les bancs de bois octroyé gracieusement par la commune.

Partout, des petits groupes de sauveteurs s’organisaient pour décharger du matériel; préparer la Sangria; le Punch, balayaient le quai; organisait les grils et les friteuse, posaient les lignes électrique, etc. Comme toute manifestation, malgré une préparation minutieuse de la part de Françoise et de son groupe chargé des fêtes, il manque toujours quelques petits matériels qui passent au travers des mailles du filet. Cela ne manque jamais.

Or il se trouve que ce jour, il nous manquait quelques objets. Sandrine F. se proposa gentiment pour descendre en ville acheter ce qui nous manquait. La liste à la main, elle prend la voiture de mon frère, une vieille Mazda rouge vif, pour s’y rendre.

Chemin faisant, la courroie de ce haras (elle était trop vieille pour l’appeler une caisse), qui faisait fonctionner le ventilateur, se rompe. Sandrine qui je dois l’avouer, n’est pas à un détail prêt, continue la petite vingtaine de kilomètres qui sépare Hermance de la ville de Genève puis, rentre en fin d’après-midi, l’aiguille du thermomètre indiquant la surchauffe marqué sur le rouge plutôt vif.

Avec Michel et P’tit Fu (le frère de Sandrine) nous étions posés sur la route à côté du local du Club Nautique d’Hermance et nous prenions quelques repos bien mérité. Arrive la Mazda, (série 1903 à cause de la vapeur d’eau qui sortait de toute les jointures), qui semblait presque rouler au charbon tellement la fumée y était abondante.

En voyant la tête de mon frangin qui se cachait le visage avec ses mains je pus que développer un petit sourire, tout en finesse toutefois.

Sandrine passe devant nous, nous salue d’un revers de la main passé par la fenêtre ouverte et remonte la route pour dénicher une place de parc. Étonnés que S. ne s’arrête pas devant nous, nous nous sommes élancés à pieds derrière la voiture en se demandant combien de temps encore, Sandrine allait nous faire cavaler derrière elle.

La Mazda s’arrêta enfin sur l’herbe et Sandrine sorti de l’habitacle, un petit sourire gêné au coin des lèvres en expliquant son aventure.

Il fallait s’y attendre, Michel lui passe une solide «brossée». Dans la tête de mon frangin, le fait que la voiture fumait aurait dû être, pour sa conductrice, un «léger» signal que quelque chose n’allait pas très bien.

Mais cela n’avait pas l’air de trop gêner Sandrine pour qui, le fait de ramener la voiture et le matériel attendu, était déjà une victoire et un exploit digne d’être relevé. Comme quoi, tout est une vue de l’esprit. Elle donna les clefs du véhicule à mon frère puis, chargée de sacs en plastiques, elle s’en alla sans se retourner en direction de la préparation de la fête, indifférente à la situation, tout en dodelinant machinalement du croupion.

Thierry et moi avions un peu de peine pour calmer mon frère, au bord d’une attaque d’apoplexie. Le rouge de sa figure s’ajustait d’une façon surprenante le rouge vif de sa Mazda. Il se brûla même les doigts sur le capot, ce qui vous en conviendrez, n’arrangera en rien son état d’énervement pathologique. La chaleur était vive et nous avions du temporiser un bon quart d’heure pour enfin pouvoir ouvrir le capo et contempler le moteur qui fumait toujours. Une «bonne » odeur âcre de plastique fondu et d’huile minérale sur-bouillie stagnait en suspension dans l’air.

La lumière du jour commençait à décliner gentiment et ils avaient décidé de chercher la panne avant le début de la fête. Comme la panne était flagrante et que même moi, inculte parmi les incultes en matière de mécanique, pouvait déceler la panne d’un seul coup d’œil et diagnostiquer, la courroie du «ventilo» était morte, je vous le dis sans ambages.

Thierry F. ouvrit les portes de la voiture pour chasser l’air nauséabond qui était stocké à l’intérieur et se déplaça pour aller chercher une lampe de poche dans son propre véhicule.

Pour ma part, je m’asseyais, une fois n’est pas coutume, dans la place du conducteur en attendant je ne sais quoi.

Au bout de quelques instants, Thierry revint et échangea quelques impressions avec mon frère sur la solution à préluder afin de réparer cette fameuse courroie. Mon frère alla même suggérer de prendre le soutien-gorge de Sandrine pour effectuer la réparation. Celle-là par contre, ma aussi bien fait rigoler.

De ma place, je ne pouvais rien voir à cause du capo ouvert qui bouchait toute ma vue.
Mais je pouvais voir deux bouts de jambes qui dépassaient de part et d’autre de la carrosserie et je devinais les deux «meccanos» penchés sur le moteur. C’est alors qu’une idée me transperça l’esprit à toute vitesse. Le klaxon… marchait-il encore ? C’est vrai, s’est important un klaxon !

J’attendis que les deux «bricolos» se penchent en même temps sur le moteur pour appuyer sur le Klaxon.

«POUET !!! »; « Ouarggg !!!»; «Bang – Bang !!!»;

Que je vous explique. Le «POUET !!! » pour le Klaxon ; le « Ouarggg !!!» pour la peur mêlée de la surprise et le «Bang – Bang !!!» pour les deux têtes qui se cognent contre le dessus du capot relevé.

Je les vois tous deux se décaler quelque peu de chaque côté de la carrosserie en se tenant la tête des deux mains. Ils s’invectivaient en se demandant qui des deux avait pu toucher quelque chose.

- «Mais j’ai rien touché; j’ai rien touché !» grogna Thierry en se massant l’occiput.
- « Moi non plus j’ai rien touché ! » gronda Michel en s’appuyant les mains sur le sommet de sa tête douloureuse.

Pour ma part, j’étais littéralement enfouis sur le siège conducteur en essayant désespérément de retrouver un peu d’oxygène tellement je suis en proie à un fou rire inextinguible. Cela devient grave, mon teint tend à virer au bleu.

A peine remis de mes émotions que les deux qui font la paire (elle est bonne hein !), reviennent prudemment et à pas de chat vers le moteur. A nouveau je presse sur le Klaxon et je vous fais gré de l’explication logique. Rebelotte !

Seul avertissement que je vous fais à titre gracieux c’est que parfois dans les Mazdas, il manque parfois vraiment d’oxygène. Je ne peux plus me ravoir.

Mais cette fois je suis plus bruyant et je vois émerger quatre mains se massant la tête et deux têtes cramoisies du capo regardant dans ma direction d’un air sombre. Les voir comme cela décuple mon fou rire et cette fais il me manque même l’azote dans mes poumons, je suffoque ou «suotarie»; c’est selon.

Mon frangin dont la colère ne retombe pas est quand même bien obliger de sourire en me voyant. Il me gratifie d’un royal : « Mon Dieu si t’es con, mais t’es con ! », puis me demande d’aller jouer ailleurs sous le regard noir de Thierry.

Je fini par sortir du véhicule, les zygomatiques au bord de la rupture les larmes aux yeux et je n’évoque même pas l’état de mes abdos. Je file en direction du sauvetage pour aller faire partager aux autres l’histoire du Klaxon qui, un jour, a bien failli me tuer.



 lol! lol! lol!
avatar
Claude Vagnetti
Administrateur du forum

Messages : 226
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 50

http://sauvetagehermance.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de Klaxon

Message par Pascarella Marie Rose le Mer 06 Aoû 2014, 20:49

    
avatar
Pascarella Marie Rose
Grand-frais

Messages : 217
Date d'inscription : 11/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de Klaxon

Message par Virginie Rossat le Ven 08 Aoû 2014, 11:44

lol! lol! lol! 
    
avatar
Virginie Rossat
Petite brise

Messages : 32
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de Klaxon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum